Sorties Nature et Découvertes

VISITE DU JARDIN DE VAYRES A SOI

Depuis novembre dernier, au jardin, nous plantons et semons avec, à l’esprit, le respect de la patience du jardinier, en l’occurrence des jardinières!

-Le jardin écologique de Vayres à Soi est aussi membre du réseau des refuges L.P.O (Ligue pour la Protection des Oiseaux).

A ce titre, nous menons, lors de nos ateliers, sorties, rencontres et chantiers participatifs, des actions de sensibilisation, notamment, à la faune du jardin.

Ce pourquoi, nous ouvrons, à chaque fois, notre jardin à la visite et aux échanges de bonnes pratiques et idées avec une constant respect du vivant.

/

Pois de senteur, Vayres

/

OISEAUX: L’hiver dernier, nous avons listé la présence de Verdiers, Mésanges bleues & Charbonnières, Gros bac casse noyau, Pinson du nord, Pinsons, Rouge Queue noir, Chardonneret élégant, Rouge gorge, Sitelle torchepot, Merle, Pie, Pigeons ramier, Tourterelle turque, Chouette chevêche et Corneille (j’en oublie peut-être).

FAUNE DU JARDIN: Au jardin, nous avons comptabilisé un certain nombre de lézards des murailles, crapauds communs, gastéropodes (escargots des jardins, limaces), même un hérisson! Sans oublier les pollinisateurs comme les papillons dont l’ Ecaille chinée, le moro sphinx, le ptérophore blanc, le Tabac d’Espagne, le Citron, l’Argus bleu, l’Aurore, la demoiselle bleue, sans oublier les abeilles et abeilles sauvages, les bourdons, la cétoine dorée…

Les autres insectes se répartissent le jardin, coccinelles et coccinelles asiatiques semblent cohabiter, nous avons déjà croisé un bon indicateur écologique, le morime rugueux (il se nourrit de bois mort), un scutigère véloce, nous accueillons un grand nombre de gendarmes (cherche-midi)…

/

Moro sphinx au jardin (Verveine)

/

BONNES PRATIQUES: Refuge pour les oiseaux, tour à coccinelles, abris à insectes, mise à disposition, toute l’année d’eau propre et, l’hiver, de nourriture, plantation de haies, d’arbustes, de plantes ayant un intérêt pour eux.

Laisser aussi la nature faire son travail, c’est aussi pour cela que, contrairement aux avis de jardiniers dits experts, nous avons laissé pousser notre bryone dioïque car elle est très appréciée par les abeilles sauvages!

Veiller à une bonne gestion du jardin en installant des récupérateurs d’eau, pailler, composter en respectant bien les règles au niveau des apports (bon ratio carbone/azote- 2/3 de brun, et 1/3 de vert), en choisissant un bon emplacement (ombre/ mi- ombre), recycler le marc de café, faire des purins à partir des plantes (phytothérapie naturelle & Engrais), planter du trèfle incarnat (engrais vert)…

PLANTATIONS DIVERSIFIEES

Notre jardin est clôt de murs, cependant, nous avons planté des haies diversifiées, faites d’arbustes à fleurs, de rosiers, entrecroisées de plantes officinales, mellifères, aromatiques

Vous pouvez découvrir la rue, santoline, sauge officinale, romarin, bourrache, verveine citronnelle, souci, belles de nuit, nigelle, thym, cerfeuil, coriandre, menthe, mauve, capucine, pavots, consoude, tanaisie, ciboulette, persil, estragon, basilic, basilic thaï, Hysope…Nous laissons l’ortie (précieux purin avec 10 fois son volume en eau) et les plantes adventices, nous tondons très peu voire pas du tout.

/

/

Dans un souci d’expérimentation, nous avons installé, quelques arbustes que nous ne connaissions pas ou peu comme l’Arbre aux faisans (Leycesteria formosa Golden Lanterns), L’arbre aux sept fleurs (Heptacodium miconioides Tianshan), Arbre de Neige (Chionanthus retusus) et l’Hortensia grimpant ( Hydrangea petiolaris ).

Passionnées par les roses, nous avons, déjà, planté Lady Emma Hamilton de David Austin, Rojo, Rosier liane de Lady Banks, Rosier ancien Gallica, Gruss An Aachen, Arthur Bell, Gloire de Dijon, Louis Blériot, Iceberg, et autres boutures de notre ancien grand jardin de Normandie…

Nous avons bouturé de nombreux arbustes et rosiers lors de nos chantiers participatifs dont le Weigelia à fleurs rouges, Rosier Westerland, Delosperma. (Merci à l’eau de Saule).

Bryone à droite à l’assaut du grillage, Vayres, été 2022

SORTIES L.P.O

Par ailleurs, dans l’envie de parfaire nos connaissances ornithologiques, nous sommes abonnées à la lettre de diffusion de L.P.O Limousin dont voici le lien afin de suivre leurs propositions de sorties!

La dernière en date remonte à quelques jours, le dimanche 28 août dernier!

Nous avons découvert la forêt de Boubon, tout près de Cussac, à environ une dizaine de kilomètres de Vayres!

L’animateur, Patrick Labidoire, nous a bien aidé question connaissances, sans oublier le travail formidable d’écoute et de reconnaissance des oiseaux présents lors de cette riche matinée!

!

Panorama à Cussac

:

Après avoir fait la connaissance de cette vue panoramique sur Rochechouart jusqu’au Monts de blond à la jumelle et autre longue vue, nous sommes allées randonner en forêt en passant par le village de Boubon.

NB/ Un petit conseil sur les jumelles: 8 x42 ou 10X42 histoire d’être parée comme il se doit!

C’est alors que nous rencontré une charmante maison de pierre, toute fleurie et restaurée, un beau jardin et potager, et, cette construction de pierre avec un toit de tuile sur laquelle nous nous sommes arrêtés un instant:

/

Métier à ferrer, Boubon, Haute-Vienne, août 2022

/

Je n’ai pas retenu le nom en occitan de cette ossature, ce n’est pas un abri mais un lieu où l’on ferrait les vaches, un métier à ferrer!

//J’ai pu lire, en Auvergne, que ces petites bâtisses étaient plus généralement en bois, parfois en métal, d’autres avaient les montants en pierre, ils servaient au ferrage des bœufs. Un ferrage spécifique qui demandait quelques précautions à prendre pour le maréchal ferrant. Source

« Le but de la ferrure sur l’espèce bovine est de préserver l’usure de la corne qui constitue ses onglons. Dans certains cas, elle peut concourir à la guérison de quelques maladies du pied, mais elle sert rarement à remédier aux défauts de l’aplomb. L’usure est parfois si grande, qu’on a vu des bœufs, en troupeaux, par suite des marches forcées, avoir les chairs des pieds à nu, meurtries et déchirées quelquefois jusqu’aux os. Cela se produit d’autant plus vite, que la corne de la sole est peu épaisse et que ces animaux marchent avec lenteur. »

Juste en face de cette construction, nous avons eu l’agréable visite surprise de quelques beaux et rares oiseaux dont celui-ci dont je ne me souviens plus du nom, navrée. (L’achat du guide ornitho est plus qu’un précieux conseil! )

/

Oiseau migrateur rare et précieux, observé le 28 août 2022

/

Ensuite, nous avons repris le chemin de la forêt, longeant, ça et là, des étangs et autres mares, nous avons pris le temps d’écouter, de regarder autrement les mouvements, soubresauts au cœur de cet espace naturel .

Une équipe de passionnés bénévoles nous a fait découvrir une richesse sonore insoupçonnée, une autre manière de se livrer à une balade en y pratiquant l’écoute attentive.

Puis, nous prenons les allées baptisées au nom des arbres, ici, chêne rouge, puis, un peu plus haut, nous tombons nez à nez avec cette superbe restauration de cabane de feuillardier!

/

Cabane de feuillardier restaurée, août 2022

!

Je vous invite à lire, c’est ainsi que j’ai découvert les feuillardiers, les livres de Georges-Emmanuel Clancier (auteur du célèbre Pain Noir).

Voici un extrait, page 129, de « Limousin Terre secrète » aux éditions La Renaissance du Livre:

Monsieur Fauriac : « C’en est un de métier! De vrais artistes. Pour faire les feuillards, qui servent principalement à cercler les futs, le bois de châtaignier doit avoir six ou sept ans. Les cabanes servaient à se mettre à l’abri, l’hiver, les vieux paysans qui ne savaient pas bien quoi faire pour gagner un peu d’argent allaient faire des feuillards pour les vendre. Ils commençaient leur cabane avec les cercles et les copeaux dont il se servaient pour les feuillards. Ensuite, ils se balançaient les copeaux par-dessus, ce qui leur faisait un abri pour se protéger pendant leur journée de travail. Il pouvait y allumer un feu pour se préparer leur soupe du midi.  »

:

Illustration présente tout à côté de la cabane

:

Nous avons appris beaucoup de choses, difficile de tout retenir ou de noter, toutefois, nous avons très envie de proposer, dans le cadre des sorties nature Vayres à Soi, les propositions de L.P.O situées dans un rayon de 30km.

L’idée étant de limiter les frais de route, lutter contre l’autosolisme, sans toutefois se priver de sorties gratuites enrichissantes, de plus, la saison des migrations a commencé, alors, nous vous invitons à nous rejoindre pour celle du dimanche 18 septembre prochain!

Sortie à l’Île Navière-Île de Chaillac

RDV à l’Office du tourisme de Saint-Junien place du Champ de foire afin d’observer la fin de l’été sur l’île le 18 septembre. Cette sortie, organisée par L.P.O, sera animée par Christian Doucelin.

!!Nous vous convions à 8H15 pour un départ covoituré depuis VAYRES (parking Champ de Foire);

__Merci de nous confirmer votre présence par téléphone (sms) au 06.13.85.10.32 ou par mail : vayresasoi@gmail.com

Au plaisir de vous rencontrer et de vous retrouver!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s